top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCamille Jourdain

Union des polarités et non-dualité

Lorsque la femme reprit sa place dans le feu sacré qui danse en elle. Et l'homme reprit sa place dans la puissance de la structure qui porte la flamme. Dans leur essence divine et le respect majestueux de leurs corps. Dans la reconnaissance mutuelle de leur intériorité. Toute forme de comparaison et d'opposition, de tentative de contrôle ou de soumission étant abolie, leur permet de ne faire qu'une seule et même entité complète, entière et distincte à la fois. Complémentaire, indépendante et fusionnelle. Lorsque les polarités contraires s'unissent et se confondent, leur tout forme un ensemble cohérent et entier.


L'un reconnaissant l'autre, peut l'éveiller en soi-même à la magie qu'il détient et lui en montrer le chemin. Chacun porte une clef de la complétude qu'il peut offrir à son autre et s'ouvrir à recevoir en retour. Dans leur réalisation personnelle et le don de soi dans l'ouverture du lien, ils se réalisent ensemble. La multiplicité des formes rejoint l'unité de la création.


Dans certaines visions anciennes de la numérologie et de la tarologie 1 + 1 = 3. C'est-à-dire, deux unités et leur union. Le chiffre 3 peut représenter cette union sacrée, des êtres qui se reconnaissent et s'unissent dans la reconnaissance du lien divin. L'archétype du mariage dans son aspiration spirituelle. En numérologie, il est associé à la trinité, la genèse, la création, au partage et à la collaboration. En gématrie (numérologie kabbalistique), le 3 est mouvement et fécondité. Il peut représenter cette union de deux êtres qui ouvre la voie de la naissance : d'un nouvel être, de nouveaux projets ou nouvelles réalisations, fruit de leur collaboration.


Pour illustration dans les arcanes mineurs du tarot de Marseille, le 3 de bâton représente la rencontre. Le 3 de coupe, la réunion et le partage social. Le 3 d'épée, la solitude dans son versant négatif et la réconciliation dans son versant inversé. Le 3 de denier représente la concrétisation et matérialisation des projets.


La troisième arcane majeure du tarot de Marseille est représentée par l'archétype de l'impératrice, qui est la plus proche du féminin sacré, c'est-à-dire réalisé. Elle englobe l'ensemble des reines dans l'harmonie (la reine d'air et sa maîtrise de la pensée, reine de coupe, maîtrise de l'empathie, reine de denier, maîtrise de la matière, reine de feu, maîtrise de l'impulsion de vie créative). Aussi elle invite à contacter le pouvoir des forces féminines qui sommeillent en nous et représente par extension le pouvoir créateur. Elle symbolise, entre autres choses, l'intelligence de cœur et de l'esprit, le pouvoir personnel - reconnaissance propre, le dynamisme et la créativité.


Dans de nombreux courants spirituels, la force féminine est celle de la connexion au plus proche de la nature divine. Elle représente la reconnaissance du lien spirituel, de l'Amour universel, de l'impulsion du mouvement créateur. Tandis que la force masculine représente la capacité de structurer, la stabilité, les piliers porteurs de la création, la maîtrise de la forme. L'union des deux forces, qui nous habitent tous indépendamment de notre identité sexuelle, serait l'alliance parfaite de l'impulsion du mouvement créateur au plus proche du divin amour, et de l'intelligence structurelle pour porter et protéger la flamme du mouvement de vie.


L'union de ces forces, est aussi enseignée à sa façon, par les courants non dualistes, qui contrairement à ce qui est parfois exprimé dans une méconnaissance ou mauvaise compréhension de cet enseignement ancestral, ne rejette pas le principe de la dualité (l'existence de l'ego, la séparation), mais l'englobe dans l'unité. Il représente la reconnaissance des formes de la création (corps et tout ce qu'ils représentent au niveau structurel et conceptuel, de la cellule à la plus grande entité de la création distincte) et de l'essence divine (unitaire, le "corps" conscience, ou le lien, le flux unissant chaque corps).

Dans ce processus alchimique de reconnaissances des corps et de l'essence, en soi-même autant qu'à travers la relation à l'autre, de la dualité (séparation) autant que de l'unité, l'harmonie peut apparaître à toutes les échelles.


Le corps, l'âme et l'esprit ne font plus qu'un. L'autre est soi. L'ego et le divin sont confondus. L'action et ce qu'elle manifeste est le prolongement du feu intérieur. L'intérieur et l'extérieur sont en symbiose. Ils fonctionnent ensemble, réunis en notre conscience. Tout ce qui semblait autrefois constituer un paradoxe, en raison de notre vision obstruée, devient une évidence où plus rien ne s'oppose mais tout se rejoint. C'est notre vision qui s'ouvre à ce qu'elle ne pouvait observer.


L'inertie et le mouvement sont comme le prolongement naturel l'un de l'autre. Ils coexistent dans un tout. Le bruit et le silence s'épousent. L'abondance est le fruit de cette énergie qui circule librement entre le donner et le recevoir - l'abondance représente la libre circulation, le mouvement. De soi à l'autre, de l'autre à soi, de soi à Soi autant que du Divin à l'individu, du centre à l'infini. Tout est affaire de reconnaissance. Reconnaître, c'est connaître de nouveau, c'est voir ce qui a été caché. C'est aussi prendre en considération : reconnaître c'est inclure, ce qui permet le processus alchimique. C'est, dans sa forme ultime, aimer. Reconnaître le divin dans toutes les parts de soi et tous les mouvements du vivant. L'ego représentant le corps et l'individualisation - à savoir la création - et le créateur, l'unité, se sont harmonieusement reconnus comme un seul et même espace plein.




14 vues0 commentaire

Comments


bottom of page